Les légionnaires romains en voie de disparition

Les légionnaires romains en colère. Rien ne va plus chez les fringants centurions. Qui l’eut cru ?

Les légionnaires romains

Si vous avez visité Rome, vous les avez déjà aperçus, ces valeureux soldats romains, aux abords des sites historiques… et touristiques.
Pour quelques euros, vous pouvez les prendre en photo, généralement en selfie. Après tout, se retrouver à Rome, avec un beau légionnaire romain, de nombreux touristes en ont rêvé.
Seulement voilà.

Les légionnaires romains peu scrupuleux

Ces centurions, et certains gladiateurs, n’ont pas des pratiques acceptables pour la nouvelle Maire de Rome.
En effet, plusieurs reproches leur sont adressés par les autorités qu’on peut comprendre.
D’abord, ils n’exercent pas une activité déclarée.
Les tarifs sont à la tête du client et donc parfois abusifs. Lorsque je vous parlais de “quelques euros”, sachez que certains tarifs grimpaient jusqu’à une centaine d’euros. Pour un selfie !
D’autre part, ils se montrent parfois trop insistants, limite agressifs si le visiteur refuse leurs services. Ce n’est pas le cas de tous les légionnaires mais de quelques uns, hélas pour les autres.
Enfin, on déplore quelques cas d’attouchements sur des visiteuses.
La mairie de Rome vient donc de décider d’éradiquer ces pratiques illégales et répréhensibles.
Désormais, ils devront cesser leur activité sous peine d’amendes pouvant aller jusqu’à 400€.

Les légionnaires romains au chômage ?

Non, ils ne pointeront pas au chômage, leur activité étant non déclarée et non taxée, ils ne pourront prétendre à bénéficier de la couverture sociale à laquelle ils n’ont pas participé.
Sans doute, trouveront-ils d’autres activités rémunératrices et non déclarées. Ils ont entamé un bras de fer avec la ville et sa police. On a même assisté à des échauffourées.
Toujours est-il que vous savez maintenant que la pratique de la photo auprès d’un soldat romain est interdite. Il vous reste à ne pas vous faire complice si on vous propose une telle photo.

Le problème, à la fois humain et économique, dépasse d’ailleurs le cadre de Rome et de ses légionnaires.  D’un côté, ces gens trouvent un petit job rémunérateur qui les fait vivre. D’autre part, les conditions de leur job ouvre la porte à tous les abus, tant auprès des touristes que des vendeurs eux-mêmes.

Si ce n’est déjà fait, prenez du recul avec ces légionnaires et autres vendeurs à la sauvette.A Rome, comma ailleurs.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.