Augmentation de la taxe de séjour à Rome

eurosLes temps sont durs. Il devient difficile d’entretenir le patrimoine historique et artistique de Rome. Nous le savions, au vu des accord de mécénat par lesquels des entreprises privées financaient, parfois entièrement, les travaux de restauration des édifices célèbres de Rome.
Je vous renvoie par exemple à nos récents articles sur la restauration du Colisée ou de la fontaine de Trevi.
Mais à Rome, il n’y a pas que les édifices ou les oeuvres d’art à entretenir. L’afflux de touristes nécessite aussi une organisation importante de leur accueil, l’entretien des aménagements urbains, la mise à niveau des infrastructures, bref, les touristes coûtent chers à la ville de Rome.

Les nouveaux tarifs de la taxe de séjour à Rome

Aussi, celle-ci vient-elle d’augmenter, assez fortement, sa taxe de séjour.
La taxe passe à 2€ pour les hôtels 1 et 2 étoiles. 4€ pour les hôtels 3 étoiles, à 6€ pour les 4 étoiles et 7€ au-delà.
Cette taxe s’entend par jour et par personne.

Si vous passez 3 nuits à Rome, en couple, en hôtel 3 étoiles, la taxe vous reviendra donc à 24€. Ce n’est finalement pas une somme trop importante, mais elle s’ajoute aux frais déjà engagés pour votre séjour.
Et si on sait que Rome est visité en moyenne par 12 millions de visiteurs par an, on imagine la somme ainsi récoltée. C’est scandaleux ? Pas si sûr.

La taxe de séjour à Rome pour quoi faire ?

Avant de nous révolter, réfléchissons ensemble, voulez-vous ?
Cette taxe servira à adapter ou rénover les infrastructures de la ville, à amortir le coût phénoménal de l’entretien des voies, à améliorer l’accueil de ces touristes et l’offre muséale importante de la ville.
Si vous êtes dubitatif, pour vous rendre compte des dépenses occasionnées par les touristes, je vous conseille de vous rendre piazza Navona avant 7h du matin. Vous découvrirez l’ampleur des saletés qui jonchent le sol, vous mesurerez le travail nécessaire tous les matins pour nettoyer la place et vous comprendrez alors le coût de ce nettoyage, du transport de ces déchets et de leur traitement. Et c’est tout le centre historique qui est à l’avenant.
Sans taxe de séjour, tout cet ensemble de dépenses resterait essentiellement à la charge des habitants eux-mêmes. Les touristes ne rapportent qu’indirectement à une ville à travers les impots des hébergements et des commerces. Il est naturel que les touristes qui utilisent ces infrastructures et occasionnent des dégradations, contribuent à leur entretien.
La taxe de séjour n’est donc pas une aberration en soi.

Trop élevée, la taxe de séjour à Rome ?

Reste à savoir si les tarifs pratiqués ne commencent pas à être élevés, au risque de freiner l’accès des plus modestes. Au risque aussi de mettre en difficulté les petits établissements ou les particuliers qui proposent des chambres chez l’habitant, souvent peu onéreuses.
En attendant, vous n’avez pas le choix, gardez un peu de monnaie pour vous acquitter de ces taxes de séjour.

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.